Labels

Monday, January 5, 2015

Elite Dangerous, premières impressions


Il y a fort fort longtemps j'avais un peu joué à Elite de David Braben (pas le premier de 1984 mais Frontier : Elite II). Pour moi le souvenir que j'en garde c'est "le beau danube bleu" (j'y reviendrais, la référence est bien entendu celle ) quand le vaisseau se pose et un jeu où l'on tente de faire de l'argent en faisant du commerce entre les étoiles dans des vaisseaux aux formes tout sauf aérodynamiques : nostalgie quand tu nous tiens...

A l'annonce du kickstater de Elite Dangerous, le 4ième de la série et le premier à avoir un budget j'ai l'impression, j'ai été partagé, car dans le même genre il y avait presque en même temps l'annonce de Star Citizen, qui ramenait des souvenirs fort agréables de wing commander et surtout de privateer...

Pour faire rapide, le concept à la base, c'est que le joueur pilote un vaisseau dans un univers immense, et qu'il est libre d'y évoluer et de faire un peu ce qu'il veut. A ma connaissance il n'y a pas de trame scénaristique, et c'est donc un immense sandbox, où le joueur est libre de vivre sa propre histoire. Mentalement je compare souvent Elite Dangerous à un Skyrim dans l'espace...

L'autre parti pris d'Elite comparé à d'autres jeux vidéos du même genre ("simulateur spatial"), c'est la volonté d'un certain réalisme. Ici les lasers sont des vrai lasers (pas des sortes de projectiles qui font piou-piou), les vaisseaux lancés par une impulsion continuent sur leur trajectoire en ligne droite, et on utilise les thrusters, les stations spatiales sont en rotation (ce qui pose parfois problème pour se poser), les distances sont en kilomètres ou en secondes lumières (ou années lumières) ...

9c, oui, et encore c'est parce que je vais pas loin

Enfin, le point qui fait polémique pour certains, Elite : Dangerous est massivement multijoueur. Cela veut dire qu'il faut être connecté pour jouer et que l'univers est peuplé d'autres joueurs qui sont probablement beaucoup plus dangereux que les gentils PNJs. Mais il est aussi possible de jouer en "privé" ou en "solo" (même si la connexion aux serveur reste indispensable). C'est d'ailleurs ce dernier mode que j'ai choisi pour mes débuts après avoir rencontré des soucis au lancement officiel (queues interminables pour se poser à certaines stations).

On a donc un jeu récent avec un beau moteur 3D, un simulateur spatial assez réaliste sans être aride, qui offre un univers gigantesque pour un style de jeu sandbox où la liberté offerte au joueur est le nerf de la guerre.

Après quelques dizaines d'heures de jeu, j'écris donc ce compte rendu pour un premier ressenti du jeu. L'indice sur mon état d'esprit c'est que je me suis fait offrir un saitek x55 à noël alors que le petit sidewinder faisait (presque) l'affaire...

Tout d'abord, Elite : Dangerous n'est pas un jeu qui prend le joueur par la main. Il faut apprendre, parfois à la dure, les mécaniques du jeu, et accepter de progresser doucement. Le plus emblématique c'est que pour se poser, il n'y a pas d'autopilot par défaut, il faut donc le faire à la main, ou plutôt au joystick ce qui est parfois rock'n roll, surtout les premières fois. Alors je précise qu'il est possible d'équiper son vaisseau d'un autopilot pour se poser, mais que pour l'avoir utilisé pendant un petit moment, l'unique raison pour laquelle je l'ai gardé aussi longtemps est qu'il passe "le beau danube bleu" pendant la séquence, mais comme il est trop lent par rapport à mes propres performances, et que dans Elite, le temps passé à survoler une station sans rien faire c'est des crédits non gagnés, il a finalement été remercié et remplacé par une extension de la soute.

Ensuite Elite est beau. Il est beau comme une planète sans nom eclipsant son étoile elle aussi sans nom (car on a viré le scanner de découverte stellaire qui prenait trop de place pour agrandir la soute). Beau comme les ombres projetées sur le tableau de bord par le soleil alors que le vaisseau est en rotation pour s'aligner sur sa nouvelle trajectoire. Beau comme un cockpit brisé d'où la précieuse atmosphère s'échappe et où le HUD ne s'affiche plus qu'à moitié - il y a toujours heureusement un gros compte à rebours pour nous rappeler qu'il reste quelques minutes pour tenter de ramener l'épave qui était notre vaisseau à la station la plus proche.
Le pare brise est sale, on voit la poussière. Si c'est pas le sens du détail ça...

Enfin, Elite est grand, si grand que l'affichage de la carte galactique donne le vertige. Ils promettent 400 milliards de systèmes solaires (oui oui ! 4 fois 10 puissance 11). Je ne suis pas allé vérifier mais à vu de nez il y a en a des milliers, pour le reste il faudra se perdre dans la galaxie de Elite et compter... la diversité des systèmes est probablement ce qui s'approche le plus de ce qu'on peut imaginer : des géantes gazeuses, des lunes, des systèmes binaires, je me suis même perdu une fois dans un système avec 4 soleils en orbite les uns des autres... La plupart des systèmes (mais pas tous) ont été colonisés, il y a des stations orbitales, avec leurs caractéristiques, leurs types d'économie, leurs allégeances (il y a trois factions : empire, alliance, fédération). Tout cela a des conséquences pour le joueur : qu'est ce qu'il va trouver comme marchandises à négocier, quelles missions il aura, qui risque de l'attaquer à vue car il aura fait quelque chose de travers. Pour ce que je peux en dire, au départ, on commence en étant neutre envers tout le monde et gagner de la réputation au sein d'une faction me semble assez long même si je ne me concentre pas dessus (en perdre à l'air plus facile...).
Chaque point est un système solaire avec potentiellement une ou plusieurs planètes...
un beau système solaire binaire, avec un tas de stations, mais pas anormal non plus...

Au final, un jeu continue à me plaire quand je peux lancer le jeu en sachant qu'il me reste des choses intéressantes et nouvelles à faire, et que je sais que le jeu va probablement me faire vivre des expériences de jeu intéressantes. Après un certain nombre d'heure de jeu, voilà comment s'est déroulé ma prise de contact avec l'univers d'Elite :

Comme tout le monde, j'ai commencé avec le sidewinder gratuit en "location", qui est le plus petit vaisseau disponible, qui sinon, coûte 30k crédits à l'achat, et 1000 crédits en poche. Je crois qu'en ayant pré-commandé le jeu, j'avais aussi un eagle (un petit vaisseau d'exploration qui coûte 50k crédits) stocké dans la station. Utiliser le sidewinder est une bonne idée car il est remplacé gratuitement en cas de crash. Pour donner un ordre d'idée, le plus gros vaisseau, l'Anaconda, coûte plus de 160 millions de crédits. Il y a donc une sacré marge de progression. Au départ j'ai décidé de faire du commerce, car c'est le plus rapide et le moins risqué, et ça permet de se familiariser avec les contrôles du jeu. Je pense que rétrospectivement les autres alternatives sont de faire de l'exploration ou le courrier entre les stations. Le jeu propose un certain nombre de manières de gagner des crédits et donc de "rôles" en fonction des affinités :
Le sidewinder de départ, j'ai lâché le miens il y a fort longtemps.

- courrier : des missions qui payent peu (quelques centaines de crédits) pour aller d'une station à une autre
- marchand : acheter à un endroit, vendre plus cher à un autre endroit.
- explorateur : aller découvrir des nouvelles étoiles, planètes etc dans les systèmes non explorés et se rendre plus loin pour revendre ces informations.
- chasseur de prime : les criminels donnent une prime quand leur vaisseau est détruit. Un joueur peut lui même devenir la cible des chasseurs de prime (voir pirate et contrebandier...).
- pirate : attaquer les marchands et tenter de leur voler leur cargaison
- mineur : équiper son vaisseau pour extraire des minerais des astéroïdes.
- mercenaire : à priori il est possible de se battre pour un camp ou un autre...
- contrebandier : ce qui nécessite de pouvoir éviter les scans des forces de l'ordre à l'entrée des stations...
Bonne chance pour passer la douane avec une cargaison de space weed en soute sans se faire scanner.

Il reste sans doutes d'autres choses à faire dans le jeu, mais cela permet déjà de décider de ce qui est le plus intéressant à un instant donné (par exemple, j'aime les combats mais j'aime aussi commercer tranquillement...).

Au départ les gains sont faibles, quelques centaines de crédits ici et là, il faut tenter de combiner les missions et le fret de marchandises. Rien que de se poser dans une station est une manœuvre compliquée quand on l'a jamais fait (et oui sortir le train d’atterrissage ça aide !). Aller d'un système à l'autre est aussi quelque chose qu'il faut apprendre car les distances sont respectées. Le vaisseau a une vitesse de pointe de 300 kilomètres par heure. Donc si la station la plus proche est à 10 kilomètres, ça va. Si elle orbite la planète d'à coté (quelques secondes lumière donc) il faut donc des jours de voyage ! Heureusement le jeu permet d'accélérer très généreusement quand on passe en mode "frameshift drive" en passant de 100 km/seconde à une fraction de la vitesse de la lumière en quelques secondes. Cette entorse au réalisme est pardonnée, car sinon le jeu serait rapidement d'un ennui mortel... Il est ainsi possible d'aller à plus de 500c. Oui, cinq cent fois la vitesse de la lumière. Ok c'est impossible avec la théorie actuelle de la physique, mais encore une fois, c'est nécessaire pour rendre le jeu jouable, car sinon, je connais des systèmes où les distances entre les planètes sont de plus de cent mille secondes lumières, et en restant à l'échelle de notre système solaire, pour rejoindre Jupiter ou Saturne à la vitesse de la lumière, il faudrait une heure ou plus ! Enfin, le jeu propose un système de saut en hyperspace pour voyager entre les systèmes solaires, dont la portée est limitée par la puissance du moteur de saut. Au départ, il doit être possible de sauter 5 ou 6 années lumières d'un coup et d'enchaîner les sauts, et il doit être possible de monter au dessus de 20 avec d'autres vaisseaux (celui que j'ai actuellement fait 10 ou 11 en fonction de la charge et pourrait en enchaîner plusieurs sans soucis). Il y a donc le vol en mode "local" à la vitesse réduite à quelques centaines de km/heure, et le mode de vol en "frameshift drive" où les planètes défilent comme des vaches le long de l'autoroute..
Le passage en hyper espace, classiquement emprunté de celui de star wars (mais le bruit est mieux j'ai l'impression)



Une ou deux heures plus tard, à force d'acheter pas trop cher et de revendre un peu plus cher, et de faire quelques missions quand c'est possible, j'ai de quoi acheter un hauler, que j'ai baptisée le "kangoo de l'espace". Pour faire simple, c'est une boite en métal avec un petit moteur qui miaule tout juste suffisant pour transporter un peu plus de marchandise. Ses capacités de combat sont proche de zéro et il faut parfois fuir les éventuels pirates.

Les missions sont de diverses sortes et dépendent de la réputation que l'on a dans la station qui les proposent (voila ce que j'ai vu pour l'instant) :

- courrier :  apporter un message ou des données à une autre station. Cela ne prend pas de place mais ne rémunère pas plus que ça
- transport de marchandises : la station fournit quelques tonnes (ou plusieurs dizaines si c'est possible) de cargaison à apporter à une autre station, ce qui paye en général assez bien.
- achat de marchandises : la station désire qu'on lui apporte un certain nombre de tonnes d'un certain type de marchandise, et paye bien mieux que le prix du marché. Potentiellement juteux à condition de trouver une bonne source d'approvisionnement.
- récupération d'un objet : un ou plusieurs objets précis (prototype, transmissions...) sont à récupérer dans un système voisin. Ce sont toujours des objets illégaux, donc au retour, il faudra faire attention à ne pas se faire prendre. Cela paye relativement bien, mais je trouve la recherche parfois longue et un peu aléatoire.
- contrat : il s'agit d'éliminer un PNJ en particulier. Cela paye vraiment très bien, mais cela semble difficile, car il faut déjà trouver la cible, et contrairement à d'autres jeux, le PNJ en question ne se promène pas avec une flèche au dessus de la tête... (et je suppose qu'il est costaud...). Pour l'instant j'ai essayé sans succès (je n'ai jamais trouvé le gars en question, il se cache probablement trop bien pour moi...)
- élimination : il faut détruire une certain nombre de vaisseaux d'une certaine catégorie (pirate, marchand...) dans un système donné. La difficulté peut être variable, il faut savoir éviter certains combats...
Quelques missions, vraiment pas top. Je crois qu'ils m'aiment plus trop ici...

Cela ressemble fort à un système de missions génériques de type "fedex", mais j'ajouterais qu'il y un effort pour rendre les missions plus intéressantes et moins basiques. Par exemple, j'avais pris une mission pour ramener des composants à une station, et j'étais en train de faire autre chose. Tout à coup un vaisseau arrive et me contacte en me proposant de laisser tomber la mission des composants et d'être payé quand même (un peu moins). Il est donc possible d'avoir plusieurs manières de finir les missions. Je n'ai pas encore vu jusqu'où cela va, mais l'intention est louable. J'espère aussi qu'ils vont ajouter des missions plus variées permettant peut être des gains plus importants pour des tâches plus complexes. Toutes les missions doivent êtres complétées dans un temps restreint, qui continue à courir même une fois déconnecté du jeu. Ce temps varie de quelques dizaines de minutes à trente heure ou même davantage. J'ignore si le fait d'échouer à accomplir une mission de même que l'annulation d'une mission à des conséquences négatives (en terme de réputation par exemple). J'espère que non car il est parfois impossible de remplir certaines missions, sachant que le décompte court toujours quand on se déconnecte... (petit défaut à mon avis)
Voila ce qui arrive quand tout le monde exploite le même filon, les prix augmentent. Les joueurs ont cassé l'économie de cette station les salauds ! Où je vais faire mon beurre maintenant ? (ouf il reste le gallium...)

Une autre manière de passer le temps et gagner sa croûte en temps que pilote est d'explorer la galaxie. Je n'ai pas vraiment creusé cet aspect du jeu pour l'instant, mais je pense que cela peut être à la fois reposant et permettre de découvrir de nouvelles régions du jeu, mais nécessite probablement un vaisseau équipé pour cette tâche.

J'ai aussi eu l'occasion de tester le minage d'astéroïde, qui consiste à trouver un endroit avec des minerais juteux (il semblerait qu'on puisse acquérir l'information mais je n'ai pas trouvé où). Ensuite il faut utiliser le laser de minage, qui détache des fragments de roche, qu'il faut alors récupérer dans la soute avec le cargo scoop, une opération assez délicate. Là, un module de rafinerie extrait certains minéraux et jette le reste, il faut donc choisir en fonction de la richesse des roches et la valeur des minéraux. Au final, avec l'équipement aux prix d'entrée de gamme, le processus m'a semble assez rébarbatif, surtout qu'on court le risque de se faire agresser par des pirates alors qu'on est une cible statique. Cela nécessite aussi un vaisseau équipé spécifiquement.

Enfin, les combats. Car jusqu'à présent, j'ai surtout parlé d'occupations assez pacifiques, mais le combat est une part importante du jeu. Parfois, alors qu'on voyage d'une station à l'autre dans un système, on peut se faire intercepter. Il faut alors choisir de tenter d'y échapper, et si on rate, on se retrouve  ralentit à la vitesse normale (quelques centaines de km/h). Là, celui qui nous a intercepté dispose d'une minute environ pour faire ce qu'il a faire (et nous pour nous défendre). Il est bien entendu possible d'intervertir les rôles avec un module spécifiques et d'intercepter les cargos et jouer ainsi au pirate. Il arrive aussi de se faire intercepter par les autorité du système. L'interception endommage toujours un peu le vaisseau (quelques %), ce qui me fait un peu rager, c'est comme si la douane crevait les pneus des gens sur l'autoroute pour vérifier le contenu de leur coffre !

Parfois, ce n'est pas la police, c'est un vaisseau qui s'approche, un message s'affiche alors "scanning detected". Le pilote trouve même le moyen de taunter à la radio "qu'est ce que tu as de beau pour moi ?". En fonction du vaisseau que je pilote et du vaisseau du malotru, ma réaction varie entre : je sors les canons lasers et je fais chauffer les miniguns, ou j'appuie sur le booster et je commence à faire des manoeuvres d'évitement pour survivre assez longtemps pour pouvoir engager le frameshift drive (qui permet de repasser en vitesse "luminique". Il est aussi possible de rejoindre des zones spéciales, les "nav beacons" qui sont des sorte de rendez vous des vaisseaux d'un système, où croisent toutes sorte de pilotes : pirates, chasseurs de prime, cargos... Quand on navigue dans les systèmes en mode frameshift drive, il est aussi possible de détecter des "unindentified signal" qui sont des sortes de rencontres aléatoires. Parfois, il y a des pirates en train d'attaquer un marchand, d'autres fois c'est juste un vaisseau qui passe...

Parfois la confrontation est inévitable, et même souhaitée, car les primes de certains pirates et criminels se mesure en dizaine de milliers de crédits ! Là, c'est du plus pur dogfight. L'objectif étant de rester le plus longtemps possible assez bien placé pour tirer sur la cible sans qu'elle ne puisse riposter. Là, il y a deux modes de jeux, avec ou sans le flight assist. Le mode avec est celui par défaut, celui qui est utilisé par tout le monde tout le reste du temps, le vaisseau se pilote comme un avion : tant que le moteur tourne on avance, quand on coupe le moteur, on ralentit. Quand on change l'orientation du vaisseau, la trajectoire du vaisseau suit comme avec un avion sur terre. Ce qui n'est pas le comportement réel d'un objet dans l'espace. Lorsqu'on appuie sur le bouton "flight assist off", le vaisseau devient comme incontrôlable. Que nenni : son orientation ne dicte plus sa trajectoire, il est donc possible de se déplacer tout en ayant le nez de l'appareil (et donc ses armes) dirigées vers l'arrière, et de modifier sa trajectoire grâce aux thruster. Concrètement, cela demande une certaine pratique, pour l'instant j'ai testé et ça ne donne rien de bon...

Bref, mon expérience de jeu en flight assist, je trouve que le jeu répond vraiment bien. Les vaisseaux sont bien différents. Un gros cargo se pilote vraiment comme une péniche et il faut espérer avoir des tourelles pour pouvoir l'emporter. Un chasseur agile peut tirer son épingle du jeu en jouant sur la manœuvrabilité. Pour ma part j'aime le cobra mk III qui est un vaisseau assez polyvalent, relativement lourdement armé et blindé, mais moins agile que d'autres comme le eagle ou la viper. Il y a vraiment pas mal de paramètres qui entrent en ligne de compte lors d'un combat : il faut déjà venir à bout du bouclier de la cible pour lui faire des dégâts à la coque. Il est possible de cible un composant précis, même si pour l'instant je n'ai pas réussi à détruire un composant sans détruire avant le vaisseau... Les armes chauffent, et certaines utilisent de l'énergie, comme les lasers, il faut gérer la répartition de la puissance un peu comme dans x-wing entre bouclier, armes et moteur. D'autres armes ne dépendent pas de l'énergie mais consomment des munitions (comme les miniguns) et semblent moins efficaces. Il y a des missiles, des contre-mesures, des moyens de hacker les portes de soutes des cargos, la possibilité de voler en mode silencieux... le combat est donc riche et bien fait (ouf!). Les pilotes sont classés dans une hiérarchie qui représentent leur compétence en combat (pour les PNJs) ou leurs actions (pour les joueurs), cela va de "mostly harmless" à "elite" (qui est le grade le plus élevé je crois). Au final, un vaisseau piloté par un pilote mostly harmless ne devrait être un danger pour personne, mais je me suis mesuré à un pilote "master" dans un python (un vaisseau bien plus lourd que le miens) et j'ai sué sang et eau pendant vingt bonnes minutes, c'était très serré... J'ai tenté un jour d'agresser un pilote "deadly", je suis rentré vite fait à la station la plus proche avec le cockpit en miette et quelques minutes d'oxygène avant l'asphyxie... Croyez moi, attendez un peu avant d'attaquer le pirate lord "elite" en Anaconda...

L'équipement des vaisseaux peut être entièrement modifié, des armes en passant par le moteur, jusqu'à la peinture (les motifs sont en vente contre des sous du monde réel). Il y a plusieurs paramètres pour chaque pièce d'équipement, du poids en tonne, à ses capacités (puissance d'un générateur, force d'un bouclier...) mais aussi sa qualité, sa capacité à encaisser les dégâts... Bref, de quoi s'en donner à coeur joie, si ce n'était les prix parfois prohibitifs. Il est totalement possible de mettre plusieurs centaines de milliers de crédits dans un vaisseau dont le chassis ne vaut qu'une fraction du prix. Là où je trouve que c'est une bonne chose et qui favorise les tests et essais de matériel, la revente semble se faire au prix de l'achat ou presque.

Si le pire devait arriver, et votre vaisseau explosait dans une boule de flamme de façon bien définitive, pas de panique, le jeu propose une assurance permettant de repartir avec le même modèle équipé tout pareil, pour une fraction du prix seulement ! Il faut donc toujours veiller à garder une certaine somme sur son compte, qui est indiquée dans un des panneaux de l'UI. Pour ma part, j'ai subit ce sort deux fois, une fois en percutant un soleil (je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais je débutais...) et une autre fois en percutant à pleine vitesse un vaisseau presque immobile... (argh!).

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, surtout en bien, et quelques petits défauts, mais rien de problématique. Le seul bémol, serait que le jeu a encore besoin de davantage de contenu. Pour l'instant il n'y a quelques types de stations différentes (en aspect visuel), le nombre de vaisseaux semble lui aussi limité (une dizaine ? Je lis que 30 sont prévus). Les missions doivent aussi être enrichies, et il serait bien d'améliorer encore les répercutions des actions des joueurs sur l'univers : pour l'instant le commerce fait varier les prix des marchandises et certains systèmes peuvent connaître des booms économiques, mais je ne sais pas jusqu'où cela va. On est pour l'instant loin d'un X3, où il était possible de posséder plusieurs stations, et exploiter une flotte de cargos automatiques, et posséder une petite flotte de guerre. Les perspectives de progression à Elite sont d'avoir un plus gros vaisseau, plusieurs vaisseaux pour divers usages, ou un vaisseau mieux équipé (ou un mélange de tout cela). Le système de réputation envers les factions me semble intéressant mais je demande à voir les conséquences exacte sur le gameplay. Bref, j'espère surtout que l'équipe de développement n'a pas terminé son travail et qu'il reste des choses pour enrichir un jeu déjà bien ficelé.

Une dernière note sur le côté technique, je n'ai pas testé à la souris ou au pad (type xbox). On m'a dit que c'était jouable, mais ce n'est sans doutes pas le pied. Le joystick me semble indispensable. Je ne sais pas si le jeu est gourmand, j'ai profité de l'occasion pour changer de carte graphique. Il est probable qu'il faille une machine récente correcte pour en profiter dans de bonnes conditions.

No comments:

Post a Comment